Jean-Charles Wall, vivant actuellement à Montpellier a acheté en 1991, un tapis qui semblait banal jusqu’aux attentats du 11 septembre…En effet, les motifs sont devenus pour lui très explicites et c’est après 6 ans de déchiffrage intégral qu’il découvre que l’ancienne aire de jeu de sa fille était un tapis de guerre et de propagande afghan. Il en a écrit un livre.

A lire sur Midilibre.fr 

Laisser un commentaire