14 mars 2013 à 08h50 Montpellier : Six jeunes à la conquête du jeu vidéo par Philippe Bourguet

Montpellier : Six jeunes à la conquête du jeu vidéo

Le groupe a créé il y a 3 ans un studio indépendant de jeux vidéo. Tour d’horizon de leur projets actuels et à venir.

 

 Ils se nomment Roch, Alex, Jennifer,Jérémie, Kevin et Cédric. Ils sont 6 jeunes d’une vingtained’année (sauf Cédric âgé de 38 ans, absent le jour de l’entretien)et une passion commune : les jeux vidéo. Ils ont ainsi créé il y a3 ans Nautilus, un petit studio indépendant dans un local de 35 m²près du quai des Tanneurs.

« Nous étions au lycée enclasse communication graphique. Àla cafeteria, j’ai rencontré Kevin qui voulait faire du jeu vidéoet moi du dessin » raconte Jérémie, rajoutant « Jeme suis dit pourquoi pas faire un jeu vidéo. Et par la suite, on aconnu le reste du groupe ».

Au départ, l’équipe voulait créer unRPG (jeu de rôle) s’inspirant de la célèbre saga Final Fantasy.« Mais nous avions eu tellement d’idées qu’on ne pouvaitpas le faire ! ». Les membres du studio sont alors partissur un concept plus original : un jeu de combat scénarisé nomméLegacy Ways, qu’ils comptent terminer pour l’année prochaine. Ilsera disponible sur internet et les réseaux sociaux.

Legacy Ways
« On va faire un jeux decombat en 2D, type Street Fighter » explique Jérémie.L’accent sera davantage mis sur le background (le fond et lemessage du jeu) et l’histoire. Une carte du monde dans lequel sedéroulera le jeu a été réalisée où cohabitent 132nations, 3 religions et 7 races (dont les humains).

Le jeu se situe dans un climat de« prè-Guerre Froide », où les tensions commencent àapparaître entre les nations. Le joueur saura à chaquefois pourquoi tel personnage se bat contre un autre. Le déroulementdu jeu alternera régulièrement entre combats et cinématiques.

Pour l’instant, l’équipe en estseulement à l’étape de préproduction, c’est àdire à la conception et l’illustration du scénario et de l’univers.Ils devront à l’avenir recruter des programmateurs pour que le jeuprenne forme.

L’importance de l’artistique
L’équipe veut surtout aller àcontre-courant de l’évolution de l’univers du jeu vidéo : « La force de Legacy Waysréside dans les faiblesses des jeux actuels ». Ces derniers restent en effet tropsouvent axés sur la beauté des graphismes au détriment dugameplay (la jouabilité) et de la touche artistique. Les jeuxmanquent ainsi de charme et d’innovation : « C‘est a cause des éditeurs qui veulent que tel jeu sorte à telledate et tant pis si les développeurs n’ont pas eu d’idées originales »explique Roch. Pour l’équipe, le graphisme « c’estsecondaire, et l’artistique c’est 70% du travail ». Ilsmisent ainsi plus sur l’ambiance et le scénario.

Malgré les critiques de nombreuxjoueurs, le marché du jeu vidéo se porte paradoxalement toujoursaussi bien « mais la roue peut tourner » avertiRoch.

Dans le futur, un deuxième épisode deLegacy Ways pourrait voir le jour si le succès du premier opus estau rendez-vous. Ensuite, l’équipe envisage de se lancer dans le RPGqui fut le projet de départ.

Bien sur, l’ambition n’est pas derivaliser avec Ubisoft et d’autres « grands ». Pourl’instant, le studio vise à sortir des jeux sur internet et lesréseaux sociaux. Mais à l’avenir, la jeune équipe souhaitedévelopper des jeux sur consoles de salon. Bonne chance à eux! 

Galerie Photos

A Propos de Philippe Bourguet