11 juin 2018 à 09h55 Macbettu, un Macbeth sarde au Printemps des Comédiens par Rédaction ToutMontpellier

Macbettu, un Macbeth sarde au Printemps des Comédiens

 

 

 

 

Les ressemblances entre la Sardaigne et l’Écosse sont aussi étonnantes qu’entre le chef-d’œuvre de Shakespeare et les masques, les personnages des carnavals sardes. Une image, surtout, cet après-midi où les Mamuthones défilaient dans les rues de Mamoiada. J’entendais au loin une pulsation, une force de la nature prête à frapper sans répit, de la même façon que la forêt, tranquillement, inarrêtable s’approche dans Macbeth. Un jeune garçon portant un masque Issohadores me rappelait l’enfant couronné qui prophétise que Macbeth ne sera vaincu que lorsqu’il verra la forêt de Birnam avancer vers le château… La marche des Mamuthones.

Alessandro Serra

 

Que Macbeth, mythique régicide écossais, se trouve transformé en Macbettu, maléfique figure sarde, qui pourrait s’en offusquer ? Kurosawa ne l’a-t-il pas déjà transporté dans un château de l’araignée japonais ? Shakespeare universel, ce n’est pas un vain mot : Écosse, Mont Fuji, montagnes de Barbagia : partout la violence est la même et partout sont semblables l’appétit du pouvoir, l’ivresse de la puissance rassasiés au prix du sang. Ce Macbeth sarde puise dans la force tellurique d’une île qui garde, farouche, des secrets millénaires : on y bâtit, il y a près de 4000 ans des forteresses de granit qui ne sont pas si éloignées des antiques châteaux d’Écosse. Surtout on y perpétue des traditions dont les carnavals de Barbagia, région fermée du centre de l’île, donnent quelques clés. Rites violents, masques effrayants, libations au vin rouge, au sang peut-être… C’est au creuset de ces rites païens qu’est né ce Macbettu où, comme dans le théâtre élisabéthain, les hommes tiennent tous les rôles. C’est saisissant de beauté, de force, d’étrangeté – et la mystérieuse langue sarde y contribue – de force méticuleusement domptée. Shakespearien en un mot.

 

 

Macbettu

Théâtre Jean-Claude Carrière – Domaine d’O, Montpellier

D’après Macbeth de William Shakespeare

Texte et mise en scène : Alessandro Serra / Eléments scéniques, lumières et costumes : Alessandro Serra

Avec : Fulvio Accogli, Andrea Bartolomeo, Leonardo Capuano, Giovanni Carroni, Andrea Carroni, Maurizio Giordo, Stefano, Mereu, Felice Montervino

Photos : Alessandro Serra

Représentations : Lundi 11 juin à 20h et Mardi 12 juin à 20h

Durée : 1h30

Tarif plein 29 € Tarif réduit 25 € Jeune 8 €

 

www.printempsdescomediens.com

Information, réservation billetterie : + 33 (0)4 67 63 66 66

 

La Compagnie Teatropersona a été fondée en 1999. Après s’être intéressée initialement au domaine de recherche lié au Terzo Teatro et au travail sur les actions physiques de Grotowski, la compagnie s’est centrée sur l’étude des principes de la biomécanique de Mejerchol’d en les intégrant aux fondamentaux des arts martiaux et du théâtre oriental. A partir des techniques sonores traditionnelles, l’étude de la voix s’est développée à travers la pratique des chants vibratoires et du chant grégorien en collaboration avec le père Emmanuel Roze, de l’abbaye de Saint Antimo. Ces dernières années, la rencontre avec Yves Lebreton et sa méthode de théâtre corporel a été fondamentale. Teatropersona crée ses propres spectacles à travers un travail de recherche théâtrale fondé sur la place centrale dévolue à l’acteur et la composition des images. Parallèlement à ce travail de recherche, Teatropersona s’investit également dans l’enseignement du théâtre grâce à des séminaires et à des ateliers de création. La compagnie produit des spectacles pour enfants et adultes qui sont présentés en Italie, France, Russie, Suisse, Pologne, Corée du Sud, Allemange et Espagne.

 

 

Galerie Photos

A Propos de Rédaction ToutMontpellier

Amoureux de Montpellier, les membres de la rédaction de ToutMontpellier.fr vous tiennent au courant de tout ce qui se passe dans la ville et les alentours.